fbpx

Ceux qui liront cette lettre me prendront peut-être pour une folle finie. Honnêtement, je m’en fous complètement. Je sais qui je suis et ce que je connais ma valeur. C’est ça qui compte, non? Je ne suis pas pour autant aussi bizarre des gens peuvent le penser. Justement, parlant de bizarre…

Depuis quelques semaines, j’ai continué mes petites recherches au centre d’archives et ailleurs. Les faits troublants ne cessent de s’accumuler. Ça me déstabilise, mais en même temps, je me dis que c’est important. Important pour moi, mais aussi, important pour nous tous de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Je vous mentirais si je vous disais que ce que je trouve ne me fait pas peur. Il s’est passé des choses ici qui ne sont juste pas disables. Je n’ai pas encore eu le temps de tout creuser. Ça va prendre encore du temps pour y voir un peu de lumière. Mais ce que j’ai à date est effrayant.

Vous savez, parfois dans la vie on ne se pose pas de questions pour des trucs qui paraissent banales. Quand on cherche une explication, la réponse que l’on nous sert est crédible, et l’on passe à autre chose. Par exemple, pour moi et mon enquête, je devais chercher des traces de plusieurs drames épouvantables au tout début des années 1900, ici même dans la région.

Je ne trouvais fichtrement rien. Tellement que je me disais que malgré toutes les indications que j’avais pour démontrer tout ça, je devais être folle.

Tenez, un exemple frappant est l’absence de publication, à plusieurs reprises, de nos journaux régionaux de l’époque. Pourquoi ils « sautaient » ainsi des semaines? J’ai posé la question. J’ai eu la réponse à laquelle je m’attendais : ces journaux n’avaient pas sauté de semaines, c’était seulement parce que, pour des raisons que nous ignorons, aucune copie papier n’avait été conservée.

La réponse est logique, non? Pourtant, selon moi, elle est fausse en grande partie.

Ne me demandez pas pourquoi, je ne le sais pas encore, mais j’ai la quasi-certitude qu’ils n’ont pas publié ces semaines-là parce qu’ils en ont été empêchés. Par qui? C’est encore un mystère pour moi, mais j’avance.

Ce dont je suis certaine, par contre, c’est que s’ils avaient pu publier ce qui se passait ici, ça aurait apeuré non seulement toute la région, mais bien au delà. Ça oui.

Voilà, c’est le plus loin que je peux me permettre de dire pour le moment. J’en aurais beaucoup plus, mais j’attends certains documents pour confirmer des trucs.

Sara McNicoll, native du Saguenay Lac-Saint-Jean, étudiante-archiviste à Montréal.

Note : Sarah McNicoll est l’un des personnages d’une nouvelle trilogie sous forme de thriller historique dont le premier tome sera publié à l’automne 2019. Pour en savoir plus ou réserver votre exemplaire, revenir à l’accueil de ce site Internet.

Expertise du message dans la bouteille de la rivière Péribonka : Les résultats!

La semaine dernière je vous présentais un mystérieux document, retrouvé dans une bouteille, dans la rivière Péribonka, en 1932. Ce message, daté du 14 mai 1928, se lisait comme suit: « Sommes tombés dans les forêts du nord. Sommes sans secours » Puis les noms des deux aviateurs, Nungesser et Coli. Par Christian TremblayCes deux

Read More »

Le mystère du message dans la bouteille de la rivière Péribonka : Simple canular ou découverte incroyable?

Par Christian Tremblay Trouvé en 1932 dans la rivière Péribonka, il finit, on ne sait comment, dans les archives d’un photographe de la région, M. Joseph-Eudore Lemay, puis est cédé, dans les années 60, à la Société d’histoire du Saguenay. Après avoir séjourné incognito durant des années, dans la photothèque de la Société d’histoire, l’image

Read More »

Les Innus du Lac-Saint-Jean en 1848 : Une rencontre méconnue et historique

De la soumission à l’épanouissement, de gré ou de force. Par Christian Tremblay Les Innus du Lac-Saint-Jean avaient-ils une histoire avant l’arrivée des blancs? La question semble ridicule aujourd’hui. Pourtant elle se posait bel et bien, il y a quelques siècles. Elle se posait tellement bien que nous pourrions dire que cette simple question est

Read More »

L’orphelinat oublié

Pendant plus de trente ans, un orphelinat pour garçons a bel et bien existé au nord du Lac-St-Jean. Le rêve prit fin abruptement, à cause d’un drame qui changea à jamais le visage de la région! Oubliée avec le temps, cette institution a pourtant marqué l’histoire régionale. Par Christian Tremblay Remontons au début des années

Read More »

Du sentier des Jésuites à la première voiture : Le défi de la liaison Lac-St-Jean/Québec

Il est assez aisé, pour nous, de se rendre dans la région de Québec aujourd’hui. Selon l’endroit où l’on se trouve, plus ou moins trois heures suffisent amplement. Mais qu’en était-il, y a cent ans, à l’époque de la colonisation, ou même bien avant? L’histoire de la communication entre notre région et le fleuve Saint-Laurent

Read More »

Des morts sous nos bancs d’église!

Pratique maintenant révolue, sauf pour quelques exceptions extrêmement rares, plusieurs de nos premières églises recelaient bel et bien un caveau, où quelques personnes, triées sur le volet, avaient l’honneur d’être déposées pour l’éternité. Du moins croyait-on… Qui y était et pourquoi?Contrairement à ce que nous pouvons imaginer, au Lac-St-Jean, les défunts ne reposaient pas sous

Read More »
%d blogueueurs aiment cette page :