fbpx

MOI2Bonjour! Je suis Christian, auteur du roman LYCANTHROPE, qui vient tout juste d’attirer votre attention sur Facebook. Comme tout le monde, vous n’avez pas beaucoup de temps, alors je vais à l’essentiel.

Si vous êtes ici, c’est que nécessairement vous aimez lire des romans, et ce qui vient avec, une bonne histoire. J’ai quelque chose pour vous. Non seulement ça répondra à votre besoin, mais en plus, vous serez transporté dans un monde fascinant. Ça, c’est une promesse.

Aujourd’hui, je vous propose une fiction historique. Tout le monde sait ce qu’est une fiction, et tout le monde sait ce qu’est un roman historique. LYCANTHROPE, lui, mélange les deux genres.

Si vous êtes originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, vous serez heureux (se) de savoir que l’action se passera en très grande partie ici!

En réservant votre exemplaire de mon roman, voici ce que je vous promets :
– Une trame surprenante et déstabilisante
– Un voyage dans le temps, oui, mais pas du style académique où l’on a l’impression que l’auteur veut faire passer ses connaissances historiques.
– Beaucoup d’heures de lecture à venir, car Le Vaudois est le tome un de trois!
– Une histoire où se mêlent légendes, surnaturel, intrigues, documents mystérieux retrouvés, et beaucoup plus (je ne peux tout de même pas tout vous révéler…)

Maintenant, parlons pratico-pratiques

Vous êtes présentement sur le site Internet officiel du roman. Vous pouvez donc le visiter à votre convenance pour lire le résumé de l’histoire, connaître les personnages, demander à lire un chapitre gratuitement, et, évidemment réserver votre exemplaire.

À ce propos… je sais qu’il est peut-être frustrant de ne pas pouvoir l’avoir dans les prochains jours et de devoir attendre quelques mois. La raison est assez simple : je n’ai pas l’intention de distribuer la trilogie dans les librairies, alors, pas le choix, je dois m’y prendre tôt pour laisser la chance à un maximum de personnes de réserver leur exemplaire.

C’est pour cette raison que je ne demande RIEN pour le moment, sauf le fait de compléter le formulaire de réservation. Pour les sous, j’ai décidé de vous faire confiance. On regardera ça à l’automne quand le roman sera imprimé.

Bon… Je vous ai assez retenu. J’espère vous avoir convaincu que mon roman sera une super lecture pour vous, et que vous remplirez le formulaire de réservation en cliquant ici.

Sinon, je vous invite à visiter ce site Internet.

Au fait, vous pouvez m’écrire n’importe quand.
Mon adresse courriel : editionsmakarou@hotmail.com
Mon profil Facebook : https://www.facebook.com/christiantremblay.auteur

Merci et au plaisir!

Christian

Le mystère du message dans la bouteille de la rivière Péribonka : Simple canular ou découverte incroyable?

Par Christian Tremblay Trouvé en 1932 dans la rivière Péribonka, il finit, on ne sait comment, dans les archives d’un photographe de la région, M. Joseph-Eudore Lemay, puis est cédé, dans les années 60, à la Société d’histoire du Saguenay. Après avoir séjourné incognito durant des années, dans la photothèque de la Société d’histoire, l’image

Read More »

Les Innus du Lac-Saint-Jean en 1848 : Une rencontre méconnue et historique

De la soumission à l’épanouissement, de gré ou de force. Par Christian Tremblay Les Innus du Lac-Saint-Jean avaient-ils une histoire avant l’arrivée des blancs? La question semble ridicule aujourd’hui. Pourtant elle se posait bel et bien, il y a quelques siècles. Elle se posait tellement bien que nous pourrions dire que cette simple question est

Read More »

L’orphelinat oublié

Pendant plus de trente ans, un orphelinat pour garçons a bel et bien existé au nord du Lac-St-Jean. Le rêve prit fin abruptement, à cause d’un drame qui changea à jamais le visage de la région! Oubliée avec le temps, cette institution a pourtant marqué l’histoire régionale. Par Christian Tremblay Remontons au début des années

Read More »

Du sentier des Jésuites à la première voiture : Le défi de la liaison Lac-St-Jean/Québec

Il est assez aisé, pour nous, de se rendre dans la région de Québec aujourd’hui. Selon l’endroit où l’on se trouve, plus ou moins trois heures suffisent amplement. Mais qu’en était-il, y a cent ans, à l’époque de la colonisation, ou même bien avant? L’histoire de la communication entre notre région et le fleuve Saint-Laurent

Read More »

Des morts sous nos bancs d’église!

Pratique maintenant révolue, sauf pour quelques exceptions extrêmement rares, plusieurs de nos premières églises recelaient bel et bien un caveau, où quelques personnes, triées sur le volet, avaient l’honneur d’être déposées pour l’éternité. Du moins croyait-on… Qui y était et pourquoi?Contrairement à ce que nous pouvons imaginer, au Lac-St-Jean, les défunts ne reposaient pas sous

Read More »
%d blogueueurs aiment cette page :