Pascal Horace Dumais, en prolongation!

L’une des choses merveilleuses lorsqu’un texte historique qui raconte une partie de notre histoire est diffusé, c’est bien que les lecteurs participent lorsqu’ils peuvent ajouter de l’information.

Par Christian Tremblay

À la suite de l’annonce, la semaine dernière, que le texte de cette semaine allait porter sur Pascal Horace Dumais, Mme Hélène Girard m’a fait parvenir un dessin de Pascal Horace Dumais qui était caché dans la voûte du presbytère d’Hébertville.

Plutôt de répéter son message avec mes mots, le voici intégralement en ce qui concerne ce dessin:

J’ai pensé vous faire parvenir un petit plan de l’arpenteur Pascal-Horace en date de 1854. Pièce que j’ai trouvée il y a quelques années dans la voûte du presbytère d’Hébertville.

M. Dumais a dessiné ce qui existait dans le tous débuts d’Hébertville au-dessus de la chute des Aulnaies soit le moulin à farine construit en 1851 par Jean-Félix Langlais, le moulin à scie était aussi sur ce site, la 1ère chapelle, les camps des colons, la tente de l’arpenteur et c’est son écriture qui identifie les bâtiments.

Héberville en 1854. Dessin Pascal Horace Dumais. Source: Hélène Girard

Que dire de plus qu’un gros MERCI à Mme Girard pour le partage de ce petit trésor!

 

Mme Girard a également fait parvenir cet autre photographie de M. Dumais:

Source: Hélène Girard

 

Aussi, dans le même ordre d’idée, M. Martin Archambault m’a fait parvenir cette photographie avec les précisions suivantes:

Il existe à Chambord, plus précisément sur la pointe de Chambord, un chemin nommé » PASCAL-H-DUMAIS, ce chemin existe depuis 2000. Le nom a été proposé par Jean-Yves Bouchard, alors président du comité du chemin.

Source: Martin Archambault

La précision est en lien avec le fait que dans la chronique il est mentionné qu’il n’y a pas de bâtiment, école ou parc qui porte le nom de M. Dumais. Si ce détail m’avait échappé, je suis bien heureux de préciser le fait.

Ceci étant, je persiste à dire que c’est très loin d’être assez!

Merci encore à Mme Girard et M. Archambault.

Pour lire la chronique, seulement à cliquer sur le lien ici-bas.

Merci de commenter !

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.