Êtes-vous descendant d’un Chéticantain?

Êtes-vous descendant d’un Chéticantain?

Évidemment, avant tout, encore faut-il savoir qu’est-ce qu’un Chéticantain. Eh bien voilà…

Par Christian Tremblay

Chéticamp est une localité, et les Chéticantains sont les gens qui y habitent. Cette petite ville est située en Nouvelle-Écosse, sur la côte de l’Ile du Cap-Breton. Ce sont donc des Acadiens, des vrais, puisque faisant partie de la région francophone de cette région.

Chéticamp est un mot d’origine micmac.

Nous sommes donc en plein coeur de l’histoire des Acadiens et de la déportation. Ce village prend vie vers 1780. Après un siècle de quasi esclavage, les Chéticantains se libèrent enfin, avec leur propre culture, et toute la couleur que nous leur connaissons aujourd’hui.

Chéticamp

Une visite du Lac-Saint-Jean

C’est en 1898 que Benjamin-Alexander Scott, industriel de la région, va y faire un tour afin de recruter des travailleurs pour ses chantiers et son moulin à scie à Roberval. Il semble bien que l’appel de Scott a été entendu puisque très rapidement plusieurs familles décident de quitter l’Acadie pour le Lac-Saint-Jean.

B.A. Scott, entrepreneur forestier d’influence dans la région

Cet exode ne fera pas l’affaire du curé de l’endroit, Pierre Fiset, qui servira cet avertissement à ceux qui désiraient quitter:

«J’ai entendu dire qu’un bon nombre de mes paroissiens veulent s’en aller au lac Saint-Jean. Allez-y si vous voulez. Mais par là, on n’a pas de thé, pas de tabac et on mange que du pain noir.»

Malgré tout, plusieurs familles arrivent dans la région en 1898 et s’établissent à Roberval et les environs.

Le curé de Chéticamp de l’époque, Pierre fiset

Si quelques familles quitteront la région peu après, certaines resteront pour de bon et fonderont un foyer.

L’une de ces familles qui aura un nombre de descendants significatif ici est le couple Fidèle Chiasson et Julie Deveau. Chiasson et Deveau s’étaient mariés au Cap-Breton en 1877, et c’est avec plus de dix enfants qu’ils arrivent ici en 1898!

Ces enfants se marièrent presque tous avec des Jeannois et Jeannoises d’origines, assurant ainsi une descendance bien acadienne chez nous.

En voici quelques-uns:

William Chiasson, marié le 8 août 1907 à Chambord, avec Marie Belzémire Dallaire
Alfred Chiasson, marié le 25 août 1913 à Saint-Félicien, avec Alice Pilote
Thomas Chiasson, marié le 5 mai 1908 à Roberval, avec Anne Marie Fortin
Pierre Pitre Chiasson, marié le 14 juillet 1914 à Roberval, avec Philomène Fortin
Léonard Chiasson, marié le 23 septembre 1920 à Roberval, avec Oliva Tremblay
Léonard Chiasson, marié le 6 juin 1925 à Jonquière, avec Georgiana Maltais
Séverin Chiasson, marié le 16 juillet 1923 à Roberval, avec Alice Tremblay
Léontine Chiasson, mariée le 31 juillet 1916 à Sainte-Hedwidge, avec Jean Chrysostome Chiasson
Alphonse Chiasson, marié le 22 avril 1919 à Sainte-Hedwidge, avec Laure Blouin Lavoie
Alphonse Chiasson, marié le 23 novembre 1932 à Roberval, Anne Marie Dufour
Hector Chiasson, marié le 30 janvier 1922 à Roberval, avec Denise Perron

Nous parlons souvent de l’immigration Européenne lorsqu’il est question de la colonisation de la région, mais l’exemple de cette famille montre bien que nous sommes des descendants de plusieurs horizons, et que le sang acadien, chargé d’histoire, est également présent pour plusieurs! 

Source des mariages: Généanet, arbre Raymond Dallaire

Merci de commenter !

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.