Pourquoi nous avons deux drapeaux?

Sommes-nous en pleine seconde guerre des drapeaux identitaires au Lac-Saint-Jean? Depuis quelques années, le drapeau du Lac-Saint-Jean est de plus en plus présent un peu partout. De son côté, celui du Saguenay-Lac-Saint-Jean gagne également en popularité.

Être Lac-Saint-Jean, ou être Saguenay-Lac-Saint-Jean? Cette question peut-elle seulement se poser?

Sans connaissances de base, nous pourrions y croire à ce second conflit, le premier datant de 1963. Appuyés par les résultats d’un sondage identitaire, nous allons, cette semaine, démêler les choses pour de bon.
Par: Christian Tremblay

Partons de la base

Le défi, ici, est que la connaissance de l’existence même de ces drapeaux est très variable, dans la population Jeannoise. Certains en connaissent un, les deux, ou aucun.

Oui, le Lac-Saint-Jean possède deux drapeaux. Celui du Saguenay-Lac-Saint-Jean, dont la création remonte aux années 1930, et celui du Lac-Saint-Jean, plus récent, datant des années 1960.

Pourquoi avoir deux drapeaux?

Avant de répondre directement à cette question et puisque cette chronique en est une historique, voyons voir l’histoire de chacun.

Le drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Je commence par lui puisque c’est le plus vieux des deux et que l’histoire de sa création mérite, à la lumière des nombreux commentaires que j’ai lus, une mise en contexte en profondeur.

Mgr Victor Tremblay. Historien, auteur et fondateur de la Société historique du Saguenay.
Source: Wikipédia

Le drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean a été créé par Mgr Victor Tremblay, historien et fondateur de la Société historique du Saguenay. Il flotta pour la première fois, en 1938, afin de souligner le centième anniversaire de l’arrivée des premiers colons au Saguenay.

C’est déjà ici que ça se complique

Sans parler de problèmes de perception, nous pourrions, à tout le moins, aborder la confusion des termes utilisés au fil des âges, pour nommer notre région. Cette confusion mène, encore aujourd’hui, à des réflexions non justifiées de certaines personnes.

Je ne parle pas de mauvaise volonté, mais d’un petit déficit de connaissance de la chose…

Nous sommes au Saguenay, au Lac-Saint-Jean, ou au Saguenay-Lac-Saint-Jean?

Selon les époques, les Jeannois ont été dans les trois entités, soit politique, administrative, ou territoriale.

Pas plus tard qu’il y a deux semaines, lors de la chronique traitant de l’histoire des journaux du Lac-Saint-Jean, je mentionnais que ces premières parutions n’avaient pas de trait d’union entre les termes “Lac” et “St”. La raison était simple: la région administrative du Lac-Saint-Jean n’existait pas encore, même si elle avait des députés.

Notre drapeau régional du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Nous sommes la seule région du Québec à avoir son propre drapeau.
Source: Wikipédia

Alors, oui, en 1938, lors de la création de ce premier drapeau, nous étions bel et bien au Saguenay, en tant que grande région.

Encore en 1921, le district 161 se nommait Chicoutimi-Saguenay et couvrait autant le Saguenay actuel, que le Lac-Saint-Jean, en plus de Tadoussac, Sacré-Coeur, Ile d’Anticosti, Sept-Iles, et bien d’autres.

Ces gens étaient tout aussi Saguenéens que nous, du point de vue de ce document.

C’est un peu comme aujourd’hui lorsque nous allons à Montréal, alors qu’en fait notre destination est Saint-Jérôme, Longueuil ou Laval.

Ceci explique pourquoi, dans les années 1930, toute la documentation parle du drapeau du Saguenay, faisant référence, non pas à ce que nous vivons aujourd’hui, mais aux délimitations territoriales administratives, ou politiques de l’époque.

Ce détail est important, puisqu’il faut le mettre en perspective, lorsque nous lisons la documentation de l’époque à ce sujet.

Chaque fois que le mot Saguenay apparaît, il fait référence au grand territoire, tel qu’il était nommé partout, dans toutes les sphères d’activité du Québec, en 1938.

Description des couleurs du drapeau de la région par Le Comité du Centenaire, en 1938. C’est souvent la terminologie de cette description qui porte à confusion pour certains aujourd’hui.
Source: Courtoisie Société historique du Saguenay

Ce petit détour dans la subtilité des mots était, je crois, important, afin que des réflexions du genre C’est le drapeau du Saguenay seulement, cessent.

Et ce, même s’il y a des documents qui le mentionnent en toutes lettres.

Vous avez maintenant le contexte de cette terminologie. Ce drapeau a, à partir du jour un, inclut le Lac-Saint-Jean, qui n’avait pas de nom officiel à l’époque.

La signification du drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Je ne vais pas ici réinventer la roue en y allant avec des approximations.

Voici la signification officielle de notre drapeau régional, tirée du site Internet Culture et communications Québec, répertoire du patrimoine culturel.

Nous verrons alors si vous avez bien retenu les quelques paragraphes précédents!

La croix centrale grise, bordée de rouge, illustre la religion chrétienne et la population saguenéenne qui, animée par sa foi, est prête aux efforts et aux sacrifices. L’utilisation du vert symbolise la forêt, une ressource économique majeure de la région. Le jaune doré rappelle les moissons et l’importance de l’agriculture au Saguenay. Le commerce et l’industrie, dont celle de l’aluminium, très présente dans l’économie régionale, sont symbolisés par la couleur grise. Ce drapeau constitue, encore aujourd’hui ,un élément de fierté pour la population de cette région, la seule du Québec à en posséder un. Il est aussi associé à la fête du Saguenay, célébrée le 11 juin.(1)

Mgr Tremblay à Pointe-Bleue, en 1956. À sa gauche, Gabriel Kurtness, chef de Mashteuiatsh. Cette photographie a été prise lors du centenaire de la réserve amérindienne.
Source: Société historique du Saguenay, P2-S7-P07857-1

Évidemment, en 2018, ça fait un peu vieillot comme concept. En fait, oui et non.

Les éléments, présents dans la signification des couleurs, représentent les fondations de la réalité de nos ancêtres: la religion, les sacrifices, la forêt, l’agriculture et l’industrie. Je ne sais pas pour vous, mais moi, je n’y vois rien à ajouter.

Rien à ajouter, mais…

Il n’y a pas de bleu… Voilà bien une réflexion qui revient souvent et qui a peut-être été l’un des éléments qui ont mené à la création d’un second drapeau, spécifique au Lac-Saint-Jean, quelques années plus tard.

Étalage de produits dérivés en lien avec le drapeau de la région.
Source: Page Facebook Drapeau Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Lors d’un long entretien avec la directrice générale de la Société historique du Saguenay, Joëlle Hardy, afin de documenter cette chronique, j’ai abordé ce sujet, de la fameuse couleur bleue manquante, selon plusieurs.

Le drapeau en pleine production.
Source: Page Facebook Drapeau Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Sur ce point en particulier, il n’y a pour le moment pas grand-chose d’officiel à dire, du côté de la Société historique.

En effet, si les recherches concernant la signification des couleurs actuelles sont faites et bien documentées, il en est autrement sur le pourquoi de ces couleurs et du processus qui a mené à ces choix.

Mme Hardy m’a mentionné que, justement, des recherches sur ce processus de décision seront bientôt faites. Nous pourrons alors, espère-t-on, répondre à cette interrogation qui revient souvent de la part des Jeannois.

Je ne peux toutefois m’empêcher d’y aller d’une piste de mon cru. Elle est de moi et ne représente personne d’autre.

Sachant que le créateur de ce drapeau est Mgr Victor Tremblay et que, comme nous l’avons vu dans cette chronique, il était le fils d’Onésime Tremblay, président du comité de défense des agriculteurs ,lors des inondations de 1926-1928.

Sachant que ce même Mgr Tremblay a écrit un livre très complet sur le drame que vécut sa famille à la suite de ces inondations.

Sachant qu’en 1938, lors de la conception de ce drapeau, son père était virtuellement en faillite, à cause de cette tragédie.

Est-il possible que le bleu du lac, n’eût pas pour lui la même signification poétique que nous, nous lui donnons?

Nous ne sommes pas dans la tête de Mgr Victor Tremblay, alors, attendons les résultats des recherches.

Le drapeau régional profite d’une page Facebook qui compte des milliers de membres et qui est très active. On la trouve facilement avec une petite recherche.
Source: Page Facebook Drapeau Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le drapeau du Lac-Saint-Jean

Contrairement au drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le drapeau du Lac-Saint-Jean n’a pas à faire d’éducation des termes et des couleurs. Ce que nous voyons, c’est ce que nous avons, comme le dit le dicton.

Notre drapeau régional de Lac-Saint-Jean, avec ses bleuets et le bleu comme symboles principaux.
Source: Wikipédia

La création du drapeau du Lac-Saint-Jean a été initié par Le Cercle Jean de Quen, au début des années 1960. La question étant bien sûr, c’est quoi ce Cercle?

Un mystère plane encore sur ce regroupement. Nous savons qu’il a été fondé pour faire la promotion de la sous-région du Lac-Saint-Jean. Nous pouvons, de par sa mission et son initiative, quant au drapeau, deviner une fibre identitaire Jeannoise significative.

Papier à entête de lettre du Cercle Jean de Quen. De ce que nous savons pour le moment, c’est la seule chose restante de cet organisme, qui fut actif quelques années seulement. Une recherche reste à faire de ce côté.
Source: Courtoisie Louis fortin

Le nombre de membres? Leurs actions? Il faudra creuser la question à ce sujet.

Il est toutefois utile de mentionner que le début des années 1960 correspond exactement à une époque, où la création de cercles, associations et regroupements pour toutes sortes de causes, ou activités, est en plein essor au Lac-Saint-Jean.

C’est Marcel Harvey, de Roberval qui, en tant que président de ce Cercle, propose l’idée d’un drapeau spécifique au Lac-Saint-Jean. Nous étions en 1963.

Fait important à noter, M. Harvey était alors un ancien président du Club aquatique du Lac-Saint-Jean. Club qui, les premières années, organisait la Traversée du lac Saint-Jean.

Nous pouvons alors comprendre que sa sensibilité à l’eau, donc au bleu, était importante.

Marcel Harvey, initiateur de la création du drapeau du Lac-Saint-Jean en 1963. On le voit ici présentant la première esquisse du drapeau. En 1964, on déplacera la grappe de bleuets vers la gauche, à la suite de nombreux commentaires en ce sens.
Source: Courtoisie Louis Fortin

La première mention de ce nouveau drapeau apparaît, dans un article du journal L’Étoile du lac ,le 12 décembre 1963. De l’avis général des personnes officielles interrogées dans cet article, l’idée est excellente.

La responsabilité de concevoir ce nouveau drapeau est confiée à Jean-Marie Fortin, artiste. Après une première modification, quant à l’emplacement de la grappe de bleuets, le drapeau est adopté par plusieurs, comme représentant le Lac-Saint-Jean.

M. Jean-Marie Fortin. Concepteur graphique du drapeau en 1963. Décorateur et artiste amateur, il conçut divers logos en plus d’être peintre. Il décéda en 1983.
Source: Courtoisie Louis Fortin

À la base de tout: une polémique

L’article de 1963 ne prend aucun détour quant aux circonstances de la création de ce drapeau distinctif. Voici une citation très expressive de l’article en question:

«Alors que nous devrions nous réjouir de cette heureuse initiative, nous sommes plutôt inquiets. Pourquoi cacher la vérité: nous en sommes rendus au point crucial de cette polémique malheureuse autour du nom de la région et c’est dans ce contexte que cet emblème prend vie. La population du Lac-St-Jean a réclamé que l’on mette en évidence le nom de sa région… on ne l’a toujours pas écouté… et aujourd’hui, elle rouspète à sa façon!»

A-t-on besoin d’en rajouter?

Il s’agissait clairement, à l’époque, d’une affirmation identitaire distinctive de la part d’une partie des Jeannois, qui se sentaient trop souvent mis de côté dans les grandes décisions régionales.

Bref, le Lac a réagi à une frustration.

Le calme revient

Après la dissolution du Cercle Jean De Quen, quelques personnes prennent le relai concernant la promotion du drapeau. Le plus actif est Georges Villeneuve, alors maire de Mistassini, qui jamais n’abandonnera son drapeau.

Georges Villeneuve, député de Roberval, puis maire de Mistassini, il était également notaire. M. Villeneuve fut l’un de ceux qui travailla le plus à faire la promotion du drapeau, même lorsqu’il était le seul à le faire.
Source: Société historique du Saguenay, P2-S7-P08301-3

Dans les années 1960, plusieurs municipalités et organismes le hissent. Soit officiellement, soit lors d’événements particuliers, comme lors du centenaire de Saint-Prime.

La municipalité de Saint-Prime fut l’une des premières à hisser le drapeau du Lac-Saint-Jean, dans les années 1960. À l’époque, elle fut suivie par plusieurs autres. Toutefois, cette première vague de popularité ne dura que quelques années.
Source: Courtoisie Louis Fortin

Ce n’est toutefois qu’en 1971 que le drapeau du Lac-Saint-Jean est officiellement adopté par le Compté de Lac-Saint-Jean Ouest. Le drapeau est alors fort populaire et est distribué à grande échelle.

Côté polémique, les choses se calment. Les deux drapeaux cohabitent, tout simplement.

Une période d’oubli

Quelques années passent. À la suite de diverses circonstances, dont la fermeture de plusieurs distributeurs, le drapeau du Lac-Saint-Jean sombre dans l’anonymat, malgré les efforts de Georges Villeneuve, qui lui, y croit encore.

Les initiatives de M. Villeneuve sont louables, mais il est seul, ou presque.

Dans un autre article de journal, cette fois en 1981, on se surprend même à découvrir que le drapeau existe!

Le coup de tonnerre de Dolbeau-Mistassini

En 2014, la Ville de Dolbeau-Mistassini hisse le drapeau du Lac-Saint-Jean, dans le cadre d’une nouvelle stratégie touristique.

L’événement est remarqué et sera suivi très rapidement par diverses villes, organismes et promoteurs d’activités, comme la traversée du lac à vélo.

Le coup de théâtre de la Ville de Dolbeau-Mistassini, en 2014, suscita soudainement une seconde vague de popularité pour le drapeau. De nouveau, plusieurs villes, villages et organismes suivirent cette vague.
Source: Courtoisie Louis Fortin

Plus question ici de controverse, ou de polémique. Il y a longtemps que cette période est derrière nous. Pour les Jeannois, il est objet de fierté, tout simplement. Le tout, avec des symboles bien à nous.

C’est en 2014, que la Traversée du lac à vélo adopte le drapeau du Lac-Saint-Jean, pour baliser la piste.
Source: Page Facebook Drapeau du Lac St-Jean

La signification du drapeau du Lac-Saint-Jean

Ayant été conçu, quelques décennies après le premier et dans le contexte qui vient d’être raconté, le drapeau du Lac-Saint-Jean a un symbolisme quelque peu différent de celui de la grande région.

Il utilise principalement notre emblème, le bleuet. Puis, le jaune représente l’agriculture, le bleu, notre lac, le blanc représente l’industrie, le rouge pour le Grand feu et l’ondulation des bandes sont les vagues.

Il est important de remarquer l’absence de religieux, qui fait plutôt place à des symboles environnementaux, ou événementiels.

À sa manière, il était, déjà en 1963, annonciateur des grands bouleversements de société des quelques années à venir.

Mais qui porte le drapeau du Lac-Saint-Jean aujourd’hui?

Cette recrudescence soudaine du drapeau du Lac-Saint-Jean n’est pas le fruit du hasard. Il porte un nom: la famille Fortin, héritière du dessinateur du drapeau, Jean-Marie Fortin.

Si la Société historique du Saguenay est mandatée pour faire la promotion du drapeau régional, nous pourrions dire que les descendants de M. Fortin font le même travail, pour le drapeau dessiné par leur père.

Je me suis également entretenu avec le principal responsable de la promotion de ce drapeau, M. Louis Fortin, fils de Jean-Marie Fortin.

Pour être honnête, avant de l’appeler, je ne le connaissais pas du tout. En fait, j’avais même un peu peur de tomber sur un gars au hasard, qui avait décidé de faire des dollars, en imprimant des drapeaux, comblant ainsi un besoin mercantile.

Ce n’est absolument pas le cas!

Georges Villeneuve, en 2014, en compagnie de Louis Fortin, fils de Jean-Marie Fortin, le concepteur du drapeau. C’est à Louis Fortin et sa famille que nous devons cette nouvelle popularité des dernières années. La famille Fortin porte maintenant la pérennité du drapeau des initiateurs des années 1960, Marcel Harvey, Georges Villeneuve et Jean-Marie Fortin.
Source: Courtoisie Louis Fortin

Il y a quelques années, les descendants de M. Fortin ont décidé de prendre le flambeau et de donner un second souffle à cet emblème régional.

Après s’être assuré que le drapeau était libre de droits, ils ont acquis les droits de la reproduction de l’oeuvre.

Une mission non rentable

La famille Fortin, avec Louis Fortin en tête, travaille pour la cause et non pour l’aspect monétaire. Dans les faits, toute l’opération d’impression, diffusion, publicité et livraison est déficitaire.

L’important pour Louis Fortin est, et je le cite «Partager, pour la pérennité cet héritage, avec tous les Jeannois, en mémoire de notre père et de ses comparses».

Tout comme le drapeau de la grande région, celui du Lac-Saint-Jean offre ses produits dérivés.
Source: Page Facebook Drapeau du Lac St-Jean

Il ajoute qu’il veut que les Jeannois adoptent le drapeau par choix.

Les cinq enfants Fortin; Louis, Sylvie, Francine, Marc et Jean, poussent tous dans la même direction à ce sujet.

Sondage identitaire

J’étais curieux de connaître votre perception des choses AVANT la diffusion de la présente chronique. Il y a une dizaine de jours, j’ai organisé un sondage, sur ma page Facebook historique.

Mon but n’était pas de mettre ces deux drapeaux en contradiction, mais de savoir, à ce moment précis, auquel vous vous identifiez.

La question était simple et neutre: À quel drapeau est-ce que vous vous identifiez le plus?

Les participants avaient trois choix de réponse, soit:

– J’ai plutôt tendance à m’identifier au drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean

– J’ai plutôt tendance à m’identifier au drapeau du Lac-Saint-Jean

– Je n’ai aucun problème à aimer les deux également

Seules les personnes originaires du Lac-Saint-Jean, ou les résidents actuels, pouvaient voter. Un seul vote par ordinateur était permis. Le tout contrôlé par un logiciel spécialisé dans le domaine.

Les résultats

Le sondage a reçu un grand total de 742 votes. Ce qui, considérant notre nombre, est très significatif, même si le sondage n’était pas scientifique.

J’aimerais porter à votre attention que, lors des sondages nationaux couvrant tout le Québec, l’échantillonnage est de plus ou moins 1 000 personnes, pour plusieurs millions de citoyens.

De ces 742 personnes:

– 48 % disaient qu’ils avaient plutôt tendance à s’identifier au drapeau du Lac-Saint-Jean

– 37 % avaient plutôt tendance à s’identifier au drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean

– 15 % n’avaient aucun problème à aimer les deux également

Capture d’écran à la fermeture du sondage, le dimanche 22 juillet dernier à midi.
Source: Christian Tremblay

Afin d’être transparent dans la démarche de ce sondage, la catégorie d’âge 40+ était largement représentée.

Les expatriés

J’étais également curieux de voir comment les expatriés de la région percevaient la chose. Ont-ils une opinion différente des Jeannois résidents?

Cela dépend d’où nous sommes!

Les expatriés de la région de Québec ont plutôt tendance à s’identifier au drapeau du Lac-Saint-Jean à la hauteur de 60 %.

Montréal ressemble à la région, avec 48 % qui penchent également vers le drapeau du Lac-Saint-Jean.

Pour les expatriés tout proches, donc ceux qui résident actuellement au Saguenay, c’est intéressant, car ils disent eux s’identifier davantage au drapeau du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à plus de 56%. Est-ce un effet de la grande distribution de ce drapeau dans ce coin.

Petit point: dans tous les cas, le nombre de personnes qui s’identifient aux deux drapeaux reste assez stable, toujours autour de 15 %.

Non, il n’y a pas de conflit entre les deux drapeaux

Lors de mes entretiens avec Joëlle Hardy de la Société historique du Saguenay et Louis Fortin, les deux ont été insistants sur une chose: les deux drapeaux peuvent parfaitement cohabiter et il n’est pas question ici de quelconque compétition à l’amour entre les tissus.

Aimer un drapeau en particulier ne veut pas dire rejeter l’autre. Nous faisons partie du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Lac-Saint-Jean. En rejeter un reviendrait à rejeter une partie de soi.

Il n’y a rien de contradictoire à afficher nos deux drapeaux.

Au risque de me faire traiter d’hérétique par les puristes, en mélangeant les symboliques de chacun, ils racontent notre histoire: la forêt, le Grand feu, les bleuets, la religion, l’agriculture, le lac, les vagues, et l’industrie.

Comme vous voyez, nous sommes les deux!

Ce que moi j’aimerais le plus? C’est que, dans quelques années, un autre sondage d’opinion semblable ait lieu et qu’une immense majorité de gens aient adopté les deux drapeaux.

Nous partons de 15 %, alors… au travail!

Où se procurer nos deux drapeaux

Étant donné que la liste risquerait d’être assez longue, je ne vais citer que les dépositaires les plus connus: La Société historique du Lac-Saint-Jean, Val-Jalbert, le Musée Louis-Hémon et la Maison du bleuet.

Pour une liste complète, il serait préférable de communiquer directement avec les responsables sur leur page Facebook.

Christian Tremblay, chroniqueur historique et administrateur de la page Facebook Lac-St-Jean histoire et découvertes historiques

Note 1: Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2018.

Ce texte est une reconstruction de l’original paru dans les journaux de Trium Médias, propriétaire de L’Étoile du Lac, Le Lac-Saint-Jean et le Nouvelles Hebdo. Autorisation de Trium Médias.

Merci de commenter !

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.